Aller au contenu

La situation catastrophique des centres de rétention pendant l’épidémie de covid-19

La situation des migrants en France et en Europe, déjà catastrophique avant la crise sanitaire s'est encore dégradée. Le gouvernement ne fait rien pour leur garantir le minimum en termes de protection de la santé, d'accès au soins et de conditions d'hygiène.

La rétention, déjà inadmissible en temps normal, l'est encore plus en cette
période de crise sanitaire. Même dans les textes qui l'encadrent, la
rétention administrative ne doit durer que le temps nécessaire à
l'éloignement de la personne concernée. Or, avec les frontières qui se
ferment, il n’existe plus de perspective de renvoi. Malgré cela, le gouvernement refuse toujours la fermeture des centres de rétention. Si certains CRA sont désormais vides voire officiellement fermés jusqu’à nouvel ordre (par exemple à Rennes, Hendaye, Plaisir, Palaiseau, Bordeaux et en Guadeloupe), les préfectures franciliennes poursuivent quoi qu’il en coûte leur politique d’enfermement, ciblant tout particulièrement les personnes sortant de prison et des personnes sont toujours enfermées dans des conditions désastreuses au Mesnil-Amelot, à Vincennes et à Oissel. Une requête en référé demandant la fermeture de l’ensemble des CRA a été rejetée par le Conseil d’Etat le 27 mars.

La situation dans ces centres y est catastrophique, plusieurs cas de Covid-19 y ayant été confirmés. Mais aucune mesure de protection n'est mise en oeuvre pour les personnes enfermées. Les mesures d’hygiène et de distanciation sociale requises dans le contexte sanitaire que nous traversons ne sont pas respectées : des retenus sont toujours contraints de partager leur (très petite) chambre, ainsi que le réfectoire (repas pris en commun) et l’unique salle munie d’une télévision dans chaque bâtiment ; aucun examen médical n’est effectué systématiquement à l’arrivée au CRA ; ni masques, ni gel hydroalcoolique ni même savon ne sont mis à la disposition des personnes enfermées – soulignons que les fonctionnaires de la police aux frontières, en charge de la gestion du CRA, sont également dépourvus de matériel de protection tels que des masques, ce qui est révélateur de la très nette insuffisance des mesures mises en œuvre par l’administration. Au regard du risque sanitaire, La Cimade a d'ailleurs décidé de suspendre depuis le 16 mars les permanences physiques habituellement tenues dans cette enceinte du lundi au samedi, remplacées par une permanence téléphonique.

Cette situation intenable a entrainé des révoltes et grèves de la faim dans les CRA, notamment au Mesnil-Amelotla protestation des détenus a été durement réprimée par la police comme le montre le témoignage d'une personne retenue :

Nous sommes en panique car l'un d'entre nous a été libéré il y a quelques jours suite à une suspicion de covid 19.

On à ni masques ni gel hydro-alcoolique ,et les deux personnes qui font le ménage n'ont ni produits ni javel.

Plus de visites de nos familles ni cigarettes ni vêtements propres.

Nous voulons des tests nous voulons être soignés , le service médicale est la une heure par jour et la laverie ne marche pas non plus.

Depuis hier soir 19h la nous subissons la violence de la police au centre de rétention du Mesnil Amelot suite au tabassage et au gazage de l'un d'entre nous qui poussé par la faim a gardé discrètement du pain sur lui en sortant du réfectoire.

Par solidarité avec lui nous avons franchi les grilles pour nous rassembler dans la cour .le directeur du centre à dit très bien puis à cadenassé l'entré des bâtiments , " vous dormirez dehors par terre " va-t-il dit ,puis il nous on pris nos matelas pour nous punir.

Au secours aidez nous !

Les détenus ont lancé un appel à l'aide aux associations pour faire fermer les CRA et obtenir leur libération. Certains retenus du Mesnil-Amelot ont depuis été envoyés dans les CRA de Rouen et de Lille où les conditions de détention sont similaires. D'autres témoignages ont été partagés sur le site du Paria.

A Vincennes, malgré la plainte déposée après le premier cas, au moins cinq cas de covid ont été signalés. Les policiers ont refusé d'hospitaliser l'un d'entre eux malgré ses difficultés respiratoires. Une émeute a éclaté la nuit du 12 avril, elle aussi durement réprimée.

La fermeture immédiate des centres de rétention est aujourd'hui indispensable. Une pétition est en ligne pour exiger la libération immédiate des détenus dans les CRA. Au delà de la fermeture des CRA, c'est la régularisation immédiate de tous les sans-papiers, comme l'a fait le Portugal, qui doit être effectuée.

%d blogueurs aiment cette page :