Aller au contenu

Blog

Lighthouse Reports révèle comment des demandeurs d'asile sont détenus dans des prisons secrètes sur des ferrys afin de les expulser illégalement de l'Italie vers la Grèce. Les migrants, y compris des enfants, sont ainsi enfermés et enchaînées sous le pont de ces navires commerciaux pendant parfois plus d'une journée.

Cette pratique se place bien sûr dans le cadre du déni systématique du droit de demander l'asile aux frontières de l'Union Européenne. Déjà l'année dernière, Lighthouse Reports et ses partenaires avaient révélé l'existence de "sites noirs" - des lieux de détention clandestins - où les réfugiés et les migrants se voient refuser le droit de demander l'asile et sont illégalement emprisonnés avant d'être renvoyés de force.

Ces violations du droit d'asile ne sont pas nouvelles mais elles se poursuivent en toute impunité. En 2014, la Cour européenne des droits de l'homme avait déjà jugé que l'Italie avait ainsi renvoyé illégalement des demandeurs d'asile en Grèce, les privant de la possibilité de déposer une demande de protection. Huit ans plus tard, les autorités italiennes continuent donc violer la législation européenne. Depuis 2020, au moins 157 demandeurs d'asile, venant d'Afghanistan, de Syrie et d'Irak ont été renvoyés d'Italie en Grèce, un chiffre que les experts jugent sous-estimé.

Il est grand temps que l'Europe se dote véritable d'une politique d'accueil basée sur la solidarité entre les États membres et qu'elle fasse respecter le droit d'asile et le droit des personnes à tous. Rendez-vous le 17 février au Cercle de Silence pour manifester notre indignation et notre solidarité avec les exilés !

Le 6 février à 18h30 à la fontaine des Innocents aura lieu une commemor’action dans le cadre d'une journée de mobilisation internationale en mémoire aux personnes mortes ou décédées aux frontières. C’est le jour anniversaire du massacre de Tarajal au cours duquel au moins 14 personnes ont trouvé la mort, le 6 février 2014, à quelques dizaines de mètres de la plage du Tarajal à Ceuta, sous les tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène de la Guardia civil espagnole. Chaque 6 février, de très nombreuses mobilisations/commémorations sont organisés partout en France, en Europe et dans le monde.

...continuer la lecture de "Commemor’action le 6 février"

Dimanche 18 décembre aura lieu une manifestation à l'occasion de la Journée Internationale des Migrants pour protester contre la politique migratoire inhumaine menée par la France et l'Union Européenne.

Dans le Sahara, dans les Alpes, en Méditerranée, dans la Manche, chaque année, des milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, meurent en cherchant à rejoindre l'Europe. Ces exilés fuient la guerre, la misère et les persécutions. Ceux qui y parviennent après un voyage éprouvant, loin d'être accueillis comme l'exige le droit international, sont confrontés à un combat administratif ubuesque. Dans l'incapacité d'obtenir un titre de séjour, les personnes sans-papiers, vivent dans une grande précarité et avec la crainte permanente de la rétention et de l'expulsion vers le pays qu'elles ont fui.

Alors que la situation est déjà catastrophique, le gouvernement prépare une nouvelle loi sur l'immigration visant à restreindre le droit d'asile et à faciliter les expulsions. Face à ce déni d'humanité, nous devons dire non et montrer notre solidarité.

Plus d'une centaine d'organisations, dont la Cimade, appellent donc à manifester ce dimanche 18 décembre à 11h au départ de la place de la Chapelle. Nous vous y espérons nombreux !

Face au silence de l’Italie, SOS MEDITERRANEE a exhorté les autorités maritimes françaises à assigner un port sûr pour le débarquement des 234 rescapés dont certains sont bloqués à bord de l’Ocean Viking depuis 18 jours.

La situation a atteint un seuil critique, les rescapés et l'équipe étant physiquement et psychologiquement épuisé.

Après la violation du droit maritime international par l'Italie qui a refusé l'assignement d'un port sûr et a expulsé de ses eaux territoriales les navires humanitaires Geo Barents et Humanity, l'Ocean Viking fait route vers la Corse. Il devrait arriver à proximité des eaux territoriales le 10 novembre.

Le gouvernement n'a pas encore assigné un port de débarquement des rescapés. Il doit le faire de toute urgence pour éviter que la situation à bord ne dégénère, plusieurs personnes ayant déjà envisagé de sauter par-dessus bord de désespoir. L'Ocean Viking est un navire de sauvetage, pas un bateau de croisière et laisser plusieurs centaines d'hommes, femmes et enfants entassés avec seulement huit blocs sanitaires pendant près de trois semaines est inhumain.

La Méditerranée est devenue un cimetière qui englouti chaque année des milliers de personnes qui fuient la guerre et les persécutions. La présence des navires humanitaires y est plus que jamais nécessaire.

Si vous aussi cette situation vous insupporte, n'hésitez pas à soutenir SOS MEDITERRANEE et à nous rejoindre pour le cercle de silence du 18 novembre place du Palais Royal. Soyons nombreux pour manifester notre indignation face à des politiques migratoires meurtrières !

Le HCR publie un rapport sur la situation intenable des migrants qui cherchent à rejoindre l'Europe par la Méditerranée.

Entre 2014 et 2021, plus de 24 400 personnes ont perdu la vie ou ont été portées disparues en tentant la traversée sur des bateaux de fortune. En 2021, ce sont 3231 migrants qui se sont noyés dans ce cimetière à notre porte. Combien d'autres sont morts sans que personne ne le sache ?

La plupart de ces personnes fuient les conflits, la violence ou les persécutions. Elles viennent du Soudan, du Soudan du Sud, de l'Érythrée ou de la Somalie. Elles ont vécu l'enfer de la traversée du désert et des geôles libyennes. Chaque année, plusieurs milliers meurent avant même d'atteindre la mer et des milliers d'autres sont torturées, violées ou soumises aux travaux forcées.

Cette situation est inhumaine et inacceptable. Elle perdure à cause de la complicité des gouvernements européens. Si, comme nous, l'inaction vous semble insupportable face à cette tragédie, vous pouvez agir :

  • Rejoignez tous le troisième vendredi de chaque mois, place du Palais Royal, face au Conseil d'État pour témoigner de notre solidarité avec les personnes migrantes et de notre refus des politiques de non-accueil.
  • Soutenez les associations qui portent secours en mer aux personnes sur la route de l'exil comme SOS Méditerranée ou Pilotes Volontaires. Chaque vie sauvée compte !
manifeste élections européennes

En hommage à Marie-Odile Mougin, co-fondatrice du cercle de silence, décédée le 11 décembre 2011, nous vous invitons à un cercle exceptionnel rue Affre, au niveau du square Saïd Bouziri et du parvis de l’église St Bernard, dans le quartier de la Goutte d'Or (Paris 18ème) où elle fut une militante inlassable de la cause des sans-papiers.

Ce cercle sera suivi, à 19h15, de chants proposés par la chorale féministe Les Voix Rebelles à laquelle participait également Marie-Odile Mougin puis d'un temps d'échange sur différents types d'engagement qui contribuent à permettre la défense des droits et des choix de chacune et chacun.

Soyons nombreux à rendre hommage à cette militante infatigable et à réaffirmer notre engagement pour un monde d'accueil et de solidarité !

Un point complet d'actualité sur la situation des migrants en France, en Europe et dans le monde !

Merci à Michel Girard pour son travail de veille rigoureux et très complet pour informer les membres des cercles de silence, et bien au-delà grâce à son accord pour partager largement celle-ci.

Qu'il en soit très chaleureusement remercié.

Attac publie une brochure pour mieux comprendre les enjeux des migrations contraintes.

L'espace de travail Migrations d’Attac a publié une brochure qui connaît un franc succès auprès de leurs comités locaux et des collectifs associatifs depuis sa publication en mars 2022 !

Son contenu : Migrations, de quoi parle-t-on ? De quoi sont faites les migrations contraintes ? Quelles relations de cause à effet le phénomène migratoire entretient-il depuis 30 ans avec les caractéristiques du capitalisme financier ultralibéral ? Un autre avenir est-il possible ? Quelle peut-être alors la feuille de route d’une politique migratoire en transition vers une société altermondialiste de liberté de circulation et d’installation et quels mots d’ordre appliquer à court et moyen terme ?

Retrouvez cette brochure en ligne sur le site d'Attac !

Et sur le même sujet, retrouvez également le dernier dossier de Lignes d’Attac Pour d'autres politiques migratoires.

Nous partageons un très beau texte écrit par Christophe B. du cercle de silence de Toulon


Nous sommes malades,
Nous sommes malades d’un virus contre lequel les vaccins ne peuvent rien,
Nous sommes malades d’un mal qui nous ronge de l’intérieur,
D’un virus qui rétrécit nos cœurs et refroidit nos âmes,
Nous sommes malades d’un mal qui par l’indifférence des uns et la complicité des autres, menace de se répandre partout sur notre continent,
Nous sommes malades d’un poison qui finira tôt ou tard par entraîner le naufrage moral et politique de l’Europe tout entière, si nous continuons à nier ce qui fonde notre appartenance à l’humanité,
Nous sommes malades des murs que nous érigeons, des frontières de grillages et de barbelés dont nous nous entourons,
Des remparts de souffrance et de mort que nous construisons partout pour nous protéger de nous-mêmes,
Nous sommes malades de nos peurs et des discours haineux de tous ceux qui les alimentent,
Nous sommes malades de vivre dans un pays tenté de ne voir son salut que dans son propre enfermement,
Nous sommes malades de notre intolérance, de cette quotidienne et silencieuse violence par laquelle nous avons renoncé aux lois sacrées de l’hospitalité,
Nous sommes malades de vivre dans un monde qui depuis la chute du mur de Berlin il y a plus de 30 ans, en 1989, n’a jamais vu s’ériger autant de murs de séparation meurtrière entres les hommes.
Nous sommes malades de ne pas voir en l’autre et en l’étranger notre frère en humanité.
La mobilité des êtres humains est pourtant un fait social normal, ordinaire, aussi nécessaire qu’irréductible.
Face à cette évidence historique, l’Union européenne et ses États membres répondent par une politique répressive de limitation drastique de cette mobilité́, les conduisant à déployer aux frontières des dispositifs policiers et militaires relevant de périodes de guerre, à édifier des murs, installer des systèmes biométriques d’identification, empêcher les personnes migrantes d’atteindre le territoire européen via des accords de coopération indignes avec des pays comme la Libye, la Turquie, le Niger ou encore le Soudan.
Cette politique de fermeture se mène au mépris des droits les plus élémentaires, et au prix de pertes humaines que l’on n’imaginait plus possibles sur les routes migratoires.

Cette politique de fermeture provoque des crises humanitaires qui sont autant de crises de l’humanité, avec plus de 20 000 morts aux frontières de l’Europe depuis 2014.
Il y a là un cycle infernal dont nous ne savons plus comment sortir : plus les frontières sont fermées, plus les crises s’accumulent, et plus cela nous pousse à les fermer davantage encore.
C’est aussi sur cette fermeture que prospère le commerce des passeurs. Nous justifions notre politique de fermeture par la nécessité de lutter contre ces derniers et les réseaux de trafiquants, mais c’est exactement l’inverse qui a lieu : plus la frontière est close, plus les services des passeurs sont indispensables à ceux qui ont un besoin impérieux de la franchir.
Les deux gros bénéficiaires sont ainsi les passeurs, mais aussi les industries de surveillance et d’armement qui ont besoin que la frontière reste franchie pour vendre aux gouvernants des équipements de plus en plus sophistiqués et militarisés pour mieux la protéger.
Cette politique du pire voit se développer une forme de compétition entre États, devant consacrer celui qui portera la politique la plus à même de dissuader les personnes migrantes d’entrer sur son territoire national.
La France semble vouloir jouer les premiers rôles dans cette compétition désastreuse. Elle n’est certes pas la seule, mais quand un gouvernement, et singulièrement un ministère de l’intérieur, exploite et alimente les peurs collectives, refoule les personnes aux frontières sans qu’elles aient pu faire valoir leurs droits ou durcit de façon inédite sa législation en matière de contrôle, d’expulsion et de bannissement, elle ne fait qu’encourager cette politique du pire qui se propage au sein de l’Union européenne.
Cette politique du pire génère en Méditerranée, des logiques de marchandage de la part des États de part et d’autre de cet espace maritime pour demander aux garde-côtes libyens d’intercepter les personnes migrantes et les ramener vers des geôles dénoncées jusqu’aux Nations unies.
L’édification des politiques migratoires européennes doit cesser de se faire en alimentant les peurs et en mêlant migration et terrorisme.
Plutôt que de se défausser face aux conséquences dramatiques d’une politique migratoire meurtrière, qu’ils ont pourtant choisie et rendent opérationnelle tous les jours, les États doivent enfin avoir le courage et l’ambition de penser d’autres politiques permettant d’accompagner les circulations des personnes et de protéger leurs droits fondamentaux.
Oui, nous sommes malades.
Si nous voulons guérir de ce mal qui nous atteint au plus profond de nous-mêmes,
Nous, les sociétés civiles partout en Europe, nous devons dénoncer cette logique mortifère de forteresse assiégée.
De ce mal dont nous souffrons et que nous feignons si souvent de ne pas voir, seule une INSURRECTION DES CONSCIENCES peut encore nous sauver.

La situation des migrants en France et en Europe, déjà catastrophique avant la crise sanitaire s'est encore dégradée. Le gouvernement ne fait rien pour leur garantir le minimum en termes de protection de la santé, d'accès au soins et de conditions d'hygiène.

La rétention, déjà inadmissible en temps normal, l'est encore plus en cette
période de crise sanitaire. Même dans les textes qui l'encadrent, la
rétention administrative ne doit durer que le temps nécessaire à
l'éloignement de la personne concernée. Or, avec les frontières qui se
ferment, il n’existe plus de perspective de renvoi. Malgré cela, le gouvernement refuse toujours la fermeture des centres de rétention. Si certains CRA sont désormais vides voire officiellement fermés jusqu’à nouvel ordre (par exemple à Rennes, Hendaye, Plaisir, Palaiseau, Bordeaux et en Guadeloupe), les préfectures franciliennes poursuivent quoi qu’il en coûte leur politique d’enfermement, ciblant tout particulièrement les personnes sortant de prison et des personnes sont toujours enfermées dans des conditions désastreuses au Mesnil-Amelot, à Vincennes et à Oissel. Une requête en référé demandant la fermeture de l’ensemble des CRA a été rejetée par le Conseil d’Etat le 27 mars.

La situation dans ces centres y est catastrophique, plusieurs cas de Covid-19 y ayant été confirmés. Mais aucune mesure de protection n'est mise en oeuvre pour les personnes enfermées. Les mesures d’hygiène et de distanciation sociale requises dans le contexte sanitaire que nous traversons ne sont pas respectées : des retenus sont toujours contraints de partager leur (très petite) chambre, ainsi que le réfectoire (repas pris en commun) et l’unique salle munie d’une télévision dans chaque bâtiment ; aucun examen médical n’est effectué systématiquement à l’arrivée au CRA ; ni masques, ni gel hydroalcoolique ni même savon ne sont mis à la disposition des personnes enfermées – soulignons que les fonctionnaires de la police aux frontières, en charge de la gestion du CRA, sont également dépourvus de matériel de protection tels que des masques, ce qui est révélateur de la très nette insuffisance des mesures mises en œuvre par l’administration. Au regard du risque sanitaire, La Cimade a d'ailleurs décidé de suspendre depuis le 16 mars les permanences physiques habituellement tenues dans cette enceinte du lundi au samedi, remplacées par une permanence téléphonique.

Cette situation intenable a entrainé des révoltes et grèves de la faim dans les CRA, notamment au Mesnil-Amelotla protestation des détenus a été durement réprimée par la police comme le montre le témoignage d'une personne retenue :

Nous sommes en panique car l'un d'entre nous a été libéré il y a quelques jours suite à une suspicion de covid 19.

On à ni masques ni gel hydro-alcoolique ,et les deux personnes qui font le ménage n'ont ni produits ni javel.

Plus de visites de nos familles ni cigarettes ni vêtements propres.

Nous voulons des tests nous voulons être soignés , le service médicale est la une heure par jour et la laverie ne marche pas non plus.

Depuis hier soir 19h la nous subissons la violence de la police au centre de rétention du Mesnil Amelot suite au tabassage et au gazage de l'un d'entre nous qui poussé par la faim a gardé discrètement du pain sur lui en sortant du réfectoire.

Par solidarité avec lui nous avons franchi les grilles pour nous rassembler dans la cour .le directeur du centre à dit très bien puis à cadenassé l'entré des bâtiments , " vous dormirez dehors par terre " va-t-il dit ,puis il nous on pris nos matelas pour nous punir.

Au secours aidez nous !

Les détenus ont lancé un appel à l'aide aux associations pour faire fermer les CRA et obtenir leur libération. Certains retenus du Mesnil-Amelot ont depuis été envoyés dans les CRA de Rouen et de Lille où les conditions de détention sont similaires. D'autres témoignages ont été partagés sur le site du Paria.

A Vincennes, malgré la plainte déposée après le premier cas, au moins cinq cas de covid ont été signalés. Les policiers ont refusé d'hospitaliser l'un d'entre eux malgré ses difficultés respiratoires. Une émeute a éclaté la nuit du 12 avril, elle aussi durement réprimée.

La fermeture immédiate des centres de rétention est aujourd'hui indispensable. Une pétition est en ligne pour exiger la libération immédiate des détenus dans les CRA. Au delà de la fermeture des CRA, c'est la régularisation immédiate de tous les sans-papiers, comme l'a fait le Portugal, qui doit être effectuée.

%d blogueurs aiment cette page :