Aller au contenu

Le démantèlement du bidonville de Calais a commencé aujourd'hui, lundi 24 octobre 2016. Ce sont environ 7000 personnes, dont 1200 enfants isolés, qui doivent être expulsés dans les prochains jours. L'opération, présentée comme humanitaire, mobilise plusieurs milliers de policiers et gendarmes mais étrangement pas de travailleurs sociaux. Les associations dénoncent une action entreprise dans la précipitation. Les mineurs n'ont pas été repérés, rien n'a été entrepris pour s'assurer de la continuité des soins des personnes malades... Et depuis son instigation, le dispositif des CAO (centres d'accueil et d'orientation) a brillé par son échec : plus de la moitié des personnes repartent vers Calais au bout d'une journée... Rien n'est en effet mis en place pour les migrants souhaitant demander l'asile en Angleterre ou y rejoindre leur famille... Et pendant qu'on démantèle le camp, de nouvelles personnes arrivent à Calais pour lesquelles rien n'a été prévu.

Le quotidien Reporterre (média libre) a publié aujourd'hui un article édifiant sur ce qui se passe actuellement à Calais. Il nous fait aussi réfléchir sur les couts engendrés par la militarisation du bidonville. Cet argent ne servirait-il pas plus efficacement à la mise en place de structures d'accueil dignes, à l'accompagnement des demandeurs d'asile, à la prise en charge des enfants ou aux soins des arrivants dont beaucoup ont connu la torture ou la violence ? Pour plus d'information sur la situation à Calais, voir également le blog des Passeurs d'hospitalité.

Aujourd'hui, un rassemblement est prévu à 18h devant les services centraux du ministère de l'Intérieur (18-20 rue des Pyrénées, Paris 20è) pour marquer notre solidarité envers les réfugiés et exprimer notre indignation face à cette violence que le gouvernement leur fait subir en notre nom.

Démantèlement du bidonville de Calais : ne restons pas silencieux

La préfecture a saisi le tribunal administratif de Lille pour demander la destruction de des commerces et des restaurants du bidonville de Calais. Elle demande entre autre la fermeture du Kids Café tenu par l'association anglaise Jungle Books.

fermeture du kids cafe ...continuer la lecture de "Non à la fermeture du Kids Café à Calais"

Lors d'un incendie de nuit dans la "jungle" de Calais, un jeune homme de 17 ans a été brûlé gravement. Après une vingtaine d'appels téléphoniques au 17 et au 18 où personne ne comprend l'anglais, les migrants décident de demander de l'aide au CRS stationnés à l'entrée. Devant leur refus de les aider, des bénévoles finissent par emmener directement le blessé aux urgences. Brûlé à 70%, il est immédiatement héliporté à l'hôpital de Lille où il est toujours entre la vie et la mort...

Lisa Mandel et Yasmine Bouagga racontent ce drame en BD sur leur blog : http://lisamandel.blog.lemonde.fr où elles relatent l'actualité de Calais.