Aller au contenu

Depuis 2014, la police française collabore étroitement avec la dictature soudanaise, favorisant ainsi le renvoi à Khartoum d’opposants politiques réfugiés en France.   Accueil d’agents sur le territoire français, visites en centre de rétention  de militaires se faisant passer pour des ONGs, nous relayons un article de StreetPress qui montre comment la collaboration du gouvernement français avec la dictature d'Omar el-Bechir (pourtant accusé de crimes de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre par la Cour pénale internationale) a conduit à 205 expulsions vers le Soudan entre 2014 et 2016. Certaines de ces personnes venues chercher refuge en France ont été remises directement à la police soudanaise à leur arrivée à Khartoum.

 



Alors que le nombre de victimes civiles en Afghanistan est plus élevé que jamais (plus de 11 000 morts en 2016 et 2107 suit le même chemin), l'Europe, et la France en particulier, accélère les expulsions vers ce pays. Ainsi, en 2016, la France a expulsé 640 personnes vers l'Afghanistan au péril de leur vie (une personne expulsée de Norvège a ainsi été assassinée). Le nombre de personnes expulsées d'Europe vers l'Afghanistan a ainsi triplé entre 2015 et 2016 tandis que les demandes d'asiles sont de plus en plus souvent refusées (en 2016 seul un tiers des demandeurs d'asile afghans ont vu leur demande acceptée). La Cimade et Amnesty International ont publié un rapport qui met en évidence le cynisme des dirigeants européens qui déclarent sûres certaines régions du pays tout en sachant que la sécurité des civiles est loin d'y être assurée. A l'aide de pressions financières, l'Europe a ainsi signé un accord contraignant l'Afghanistan à accepter les retours.

Une pétition est en ligne pour demander l'arrêt des expulsions vers l'Afghanistan ou vers tout pays susceptible de mettre en œuvre une tel retour forcé.

Nous relayons l'appel du collectif de sans-papiers CSP75 à manifester pour la fermeture des CRAs et des hotspots. Ces lieux sont une véritable honte pour l'Europe. Dans les CRAs (centres de rétention administratives) sont enfermés des personnes sans papiers en vue de leur expulsion. Parmi elles, des enfants, des malades, des humains tout simplement, dont certains ont passé plus de dix ans en France et y ont construit leur vie. Quant aux hotspots, véritables centres de tri, ce sont des lieux où sont regroupés, dans des conditions de vie indignes, les migrants qui arrivent en Europe après des épreuves souvent terribles.
Appel à manifester vers
le Centre de Rétention Administrative de Vincennes
Vendredi 29 septembre 2017
 
RDV 14h30 Place de la République à Paris
pour se rendre au
Départ de la manifestation RER-Joinville le Pont à 15h30
 

...continuer la lecture de "Manifestation pour la fermeture des CRAs et des hotspots"

Depuis la fin juillet le gouvernement a mis en place un « programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile (PRAHDA) ». Cependant, il s'avère que, loin d'être accueillis, les migrants qui y sont hébergés dans des conditions souvent déplorables reçoivent les uns après les autres leurs arrêtés d'expulsion. Nous relayons ici le communiqué du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples).

...continuer la lecture de "Les PRAHDA : antichambres des expulsions"

Nous relayons l'adresse du RESF aux candidats à l'élection présidentielle de 2017.

Le 2 avril s’est tenue à Paris une réunion regroupant des représentants de collectifs du Réseau Education sans frontières (RESF) d’une quinzaine de régions.

Au cours de cette réunion a été discuté, amendé et adopté une adresse du RESF à certains des candidats à l’élection présidentielle 2017. Ce texte sera également ultérieurement soumis à une partie des candidats aux élections législatives.

Le but de cet appel est d’amener les candidats à se prononcer sur les mesures indispensables pour que les familles, les enfants et les jeunes majeurs « immigrés » installés en France parfois depuis des années trouvent leur place dans la société, bénéficient des droits qui devraient être ceux de tout individu (des papiers, un toit, une école) et lui offrent en retour leur dynamisme et leur courage comme l’ont fait les générations d’immigrés et leurs descendants qui les ont précédés.

Une conception que sont incapables de comprendre les courants et les personnalités qui font du racisme et/ou de la démagogie anti-immigré leur fonds de commerce. L’appel du RESF ne leur a pas été adressé. Délibérément.

L’appel a été envoyé le 3 avril, par mail et par courrier à Nathalie Arthaud, Benoit Hamon, Jean Lassalle, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou. Il a été également décidé d’en faire cadeau à François Fillon.

...continuer la lecture de "Adresse du RESF aux candidats à la présidentielle"

Nous relayons la lettre que les demandeurs d'asile soudanais du centre d'hébergement d'Auxerre ont adressée aux autorités pour demander la protection de la France. Ils témoignent des raisons qui les ont poussées à fuir leur pays et des conditions éprouvantes dans lesquelles ils ont fait le trajet jusqu'en France.

...continuer la lecture de "Lettre des demandeurs d’asile soudanais d’Auxerre"

Nous relayons ce reportage sur la situation des enfants sans-papiers à Mayotte. Dans ce département français situé à quelques dizaines de kilomètres des Comorres, la politique migratoire y est menée avec un mépris total des droits de l'enfant : on expulse les parents sans les enfants ou les enfants sans les parents ! Privés de leurs parents, non scolarisés, les jeunes survivent dans des bidonvilles grâce à la solidarité des habitants et des associations. Et quand on lit que l'un d'eux envisage de rejoindre Madagascar car il pense que la vie y serait meilleure, on se dit qu'on est tombé bien bas...

 

La France est l'un des pays où il est le plus difficile d'obtenir l'asile : en 2015, elle a 67% des demandes ont été rejetées contre 47% en moyenne en Europe ce qui nous met au 25ème rang européen... Pourtant, contrairement à une croyance malheureusement répandue, la France est loin d'être submergée de demandes : en 2015, sur les 24,5 millions de personnes qui ont été contraintes à fuir leur pays à travers le monde,  1,26 millions ont déposé une demande d'asile en Europe dont 74 468 en France. Parmi les quelques 40 000 personnes qui sont chaque année déboutées du droit d’asile en France, certaines ont subi des actes de torture ou d’autres formes de violence politique. Au Centre Primo Levi qui accueille et soigne spécifiquement ces personnes, plus de la moitié des patients suivis en 2015 ont été déboutés du droit d’asile. Nous partageons le rapport qu'il publie sur les failles de la procédure d'asile qui mène à de telles situations aberrantes.


Nous partageons le rapport de Migreurop sur le business associé à la détention des migrants dans l'Union européenne.

Pour gérer la question migratoire, les gouvernements adoptent, comme dans de nombreux domaines d'intêret général (éducation, énergie, eau, transports, santé...), des politiques où la question de la rentabilité prime sur les problèmes humains. La "solution" qui est alors généralement employée est la privatisation qui parie sur la concurrence entre les entreprises pour maintenir des prix bas.  Mais pour maximiser leurs profits, ce sont sur les droits fondamentaux des migrants qu'elles économisent... Le rapport montre comment ces dernières années la détention des migrants est devenue "une filière très porteuse" qui profite notamment aux multinationales. En Italie, les réseaux mafieux y sont même fortement impliqués ! Enfin, et on le voit bien dans de nombreux centres d'hébergement, qu'ils soient gérés par Emmaüs, la Croix Rouge ou Coallia, les ONGs sont parfois instrumentalisées par les gouvernements à qui elles permettent de se mettre à distance de leurs responsabilités.

Pour plus d'informations sur le business lié à la gestion des frontières (surveillance, détention, expulsions), Claire Rodier avait publié en 2012 le livre Xénophobie business.

La détention des migrants en Europe est aussi au coeur des très beaux films du réalisateur suisse Fernand Melgar La forteresse et Vol Spécial.

Nous relayons la lettre ouverte d'un militant de RESF à Bruno Le Roux qui dénonce la tentative d'expulsion d'un père de famille qui vit en France depuis quinze ans ! M. Tounkara a réussi à refuser l'embarquement grâce à sa détermination et à la mobilisation des passagers de l'avion. Il est actuellement en centre de rétention. Sa femme, enceinte, et ses deux enfants sont sans ressources et ne mangent que grâce à la solidarité des habitants des Ulis... ...continuer la lecture de "Tentative d’expulsion d’un père de famille, en France depuis quinze ans"